CHRYSALIS


TRAILER

 

TEASER

 

HOLOGRAM

Chrysalis
CHRYSALIS

2007. Director : Julien Leclercq
Cast : Albert Dupontel, Marie Guillard, Marthe Keller, Mélanie Thierry
Production : Gaumont

 

 

 

 

 

 

Début nov. 2005 j’ai reçu un coup de fil de Jean-Philippe Blime (producteur éxécutif) qui m’annoncait que Julien Leclercq aimerait bien me rencontrer. Tetsuo Nagata était prévu pour faire ce film, mais comme le tournage était retardé, il partait sur « La Mome » et n’était alors plus disponible.

Julien avait vu « La Boite Noire » de Richard Berry que j’avais photographié.

Quelques jours plus tard je suis entré dans un bureau à la Gaumont où était accroché plein de dessins des décors à construire, des références visuels, des maquettes etc… pour ce film d’anticipation.

C’est à ce moment que Julien m’a expliqué qu’il voyait ce film (son premier long métrage) en noir et bleu, avec un travail sur les contrastes, avec une partie assez calme (la clinique par exemple) et une partie à l’épaule très bougé (comme les combats) . A ce stade il voulait tourner tout le film avec l’obturateur à 45° pour donner un sentiment de nervosité et de tension mais au final nous avons opté pour tourner que environ 50% du film à 45°.

Ma première pensée était que l’on aurait vraiment besoin de l’étalonnage numérique pour arriver à la désaturation de l’image et des peaux, sans avoir une montée excessive de contraste comme avec du sans blanchiment. Et comme à coté d’Albert Dupontel il y avait 4 actrices, je ne voulais pas trop durcir l’image.

Pendant notre préparation et aussi pendant le tournage le trio réalisateur-décorateur-chef opérateur a très bien collaboré. 80% du film est tourné en studio. Les décors étaient conçus comme des boites. On est parti de l’idée qu’en 2027 les espaces sont plutôt petits et bas de plafonds et on voulait que ces plafonds se voient à l’image. Du coup il fallait souvent intégrer l‘éclairage dans le décor (mur, plafond, meubles, lampes de décors etc.), parce qu’il n’y avait pas la possibilité de cacher notre lumière.

Je remercie beaucoup Jean-Philippe Moreau (notre décorateur) d’avoir eu assez de patience avec moi, parce qu’il fallait décider bien en amont les endroits et l’aspect visuel de cette intégration. Et comme la préparation est un processus où les idées évoluent, j’ai quelques fois changé mes besoins…

Grace à un budget conséquent et un soutien considérable de la production (Franck Chorot+Jean-Philippe Blime++Philippe Desmoulins+Bernard Seitz) nous avons eu 10 semaines de tournage dont 80% en studio, ce qui est tout de même assez exceptionnel pour un premier film. Julien a pu travailler à son rythme. Il a également donné le temps nécessaire à chacun pour faire son travail.

Un grand merci à mon équipe toute entière et en particulier Fabrice Bismuth (assistant), Laurent Héritier (lumière) et Pierre Garnier (machinerie) et Carlos Cabeceran (cadreur).

Aussi un grand merci à Fabrice Blin (étalonnage numérique), Alain Guarda (étalonnage argentique), Alain Boutillot (Cinecam) et Didier Diaz (Transpalux).

Caméra : Arricam Systems de chez Cinecam
Objectifs : Zeiss Ultra Primes et zoom Optimo Angénieux et Zoom Cooke 15-40
Pellicules : Kodak 5218
Pellicule positive : Kodak 2393
Labo : Eclair – avec un étalonnage numérique sur Lustre
Eclairage : Transpalux
Machinerie : KGS